** **

Blog

Les 5 bonnes habitudes de l’émailing

1. Privilégier la qualité des destinataires à la quantité

Qualité vs Quantité: Inutile de bombarder de mails tout un fichier de contacts, si vos destinataires ne sont pas qualifiés. Ils seront seront moins réactifs, et  le taux d’ouverture risque de chuter. Et avec lui, votre jolie réputation.

balance-qualité-quantité

Mais comment avoir des destinataires qualitatifs ?

  • Collecter : La collecte de contacts se fait souvent au moment d’une offre (promotion, jeux concours…), l’internaute remplit alors un formulaire. Dans le cas d’un abonnement à la newsletter, ne demandez que le strict minimum (prénom, nom, adresse mail et entreprise) de manière à ne pas freiner son inscription. Voir l’infographie ici.

 

  • Entretenir la base de données: identifiez régulièrement les contacts inactifs et menez des opérations de nettoyage, cela  limitera le taux de bounce (lorsque l’émail n’arrive pas dans la boite de réception du destinataire). Si votre base de données est encombrée de contacts inactifs, vos émail risqueront de finir dans les spams.

 

  • Traiter les réponses aux newsletters. Si quelqu’un souhaite se plaindre et se désinscrire, il est important de lui laisser la possibilité de répondre à l’ émail.  Sinon, elle sera susceptible de catégoriser le mail en tant que spam. Pas de noreply !

2. Créer un contenu efficace

Pas de contenu efficace sans un objectif de campagne bien défini. Par exemple, gérer les ventes, renforcer la relation client, faire découvrir un nouveau produit… Ensuite, vous pourrez segmenter la base de données en fonction de l’objectif.

3. Une mise en page au point

Certes les visuels sont attractifs, mais un message 100% images ne marche pas pour autant. En effet, 45% des destinataires lisent leurs mails sans afficher les images. Le texte est donc primordial! Le meilleur ratio : 50% texte, 50% image.

Attention à adapter le message aux différents supports, ordinateurs, smartphones, tablettes. La largeur du message ne doit pas dépasser 600 pixels.

Optez pour des fonds clairs et des polices foncées pour faciliter la lecture. Concernant le texte, les polices Arial et Verdana sont les plus courantes. Si vous utilisez une police que le fournisseur d’accès ne possède pas, elle est transformée et le rendu visuel est gâché. Taille minimale = 10 px. On doit éviter de faire zoomer le lecteur.

Pour les images, on reste au format JPEG ou GIF. Question de poids.

4. Une landing page dédiée

Respectez bien la charte graphique entre l’émail et la landing page, cela rassure le lecteur. Pour le convaincre de faire quoi ? Ajouter un call to action clair (par exemple, un bouton “Réserver maintenant”), au dessus de la ligne de flottaison de la page.

5. Une analyse de la campagne

Voici les critères d’analyse d’une campagne d’emailing.

  • Taux d’aboutis: C’est le volume d’emails aboutis (ou délivrés) par rapport au volume d’émails envoyés.

Bonne délivrabilité = taux d’aboutis > 96%

 

  • Taux d’ouverture: C’est le volume d’ouvreurs distincts par rapport au volume de contacts aboutis.

Taux d’ouverture > 25%

 

  • Taux de réactivité: C’est le volume de personnes qui ont cliqué dans le message par rapport au volume d’ouvreurs.

Taux de réactivité > 30%  (atteindre au minimum 20%)

 

  • Taux de désabonnement: Les personnes lisant la newsletter doivent trouver facilement le lien de désabonnement. Sinon, gare aux plaintes. Pour éviter l’augmentation du taux, il ne faut pas forcer l’opt-in, c’est à dire ne pas précocher la case “recevoir nos offres”.

Taux correct < 0,2%

Et quelques astuces…

  • Adapter son message au mobile.
  • Tester l’envoi sur votre adresse mail ou sur celle de vos collègues.
  • Soigner l’objet: 50 caractères, espace inclus, ajouter des mots-clés et inciter avec des verbes d’actions.
  • Optimiser la fréquence d’envoi: Quand est-ce que mon audience est connectée?
  • Mettre en place un calendrier éditorial.
Josephine topovideo

Article écrit par:

Joséphine – Chargée communication