Les TopoVideos contre les Jack Sparrow du Net : 3-0

Les entreprises sont de plus en plus souvent victimes de cyber-attaques. Pour lutter contre les pirates, la vidéo peut compléter votre arsenal. Explications.

Phishing, ransomware, cheval de Troie… la liste des menaces sur nos systèmes informatiques prennent de drôles de noms. Mais quand elles sévissent, elles nous font nettement moins rire. Et elles nous coûtent cher.

Face aux cyber-attaques, la vidéo peut être un bon moyen de lutter. Comment ? En formant et sensibilisant les internautes. Dans les entreprises, les salariés sont souvent la porte d’entrée pour les hackers : ils profitent de la mauvaise connaissance des dangers et manipulent les collaborateurs pour s’introduire dans le système.

  • Les vidéos pédagogiques évitent des semaines de cours intensifs, elles sont plus légères, plus ludiques et plus efficaces.
  • Une vidéo dessinée, c’est une histoire qui implique le spectateur. Le héros lui ressemble un peu, et comme lui, il n’est pas toujours très vigilant. Il a par exemple un seul mot de passe, c’est sa date de naissance ou le nom de sa fille.

Oups ! Le pirate mettra quelques minutes à faire sauter le verrou. Le héros fait des achats en ligne sans vérifier la sécurité du site.

Re-oups ! Une histoire, ce sont des petites émotions. Le message passe mieux. Bref, c’est plus engageant et plus digeste qu’un exposé sur la cyber-sécurité.

 
 
 
 

Une vidéo, c’est un tuto. Elle raconte ce qu’il ne faut pas faire. Toujours avec humour. « Oui si tu donnes tes coordonnées bancaires à tous ceux qui te les demandent, il va t’arriver des bricoles ! » Et ce qu’il faut faire en joignant les images à la parole pour plus d’impact. Les mémoires visuelles et auditives sont sollicitées. Le cyber étourdi retient mieux le message. Efficace.

Une vidéo dessinée, c’est court. Elle dure moins de 2 minutes la plupart du temps. Si le message est clair et simple, il est percutant. Deux minutes, ça se trouve toujours dans un emploi du temps. Ça peut même se regarder plusieurs fois.

La sensibilisation des salariés est d’autant plus importante qu’en 2016, 80 % des entreprises déclaraient avoir subi dans l’année au moins une cyber-attaque. La moitié indiquait également avoir vu leur nombre augmenter.

Alors armez-vous : équipez-vous d’une TopoVideo.

Article écrit par :

Cécile – Rédactrice, TopoVideo